29 nov. 2012

Ding Dong! Vous vous trompez d’adresse.



Il y a tout de sortes de surprises :  « surprise, livraison de fleurs », « surprise, c’est ta chanson qui joue à la radio », « surprise, il y a une moufette sur votre perron », et la moins populaire de toutes, « surprise, vous avez le cancer ».

Envers et contre tous, j’affectionne les surprises.  Il y a un brin de poésie à ces moments qui suscitent une réaction viscérale, une énergie réactionnelle pour parler comme une technocrate en psycho pop.  Quand je suis débarquée au Québec il y a un mois, je me suis déguisée en cochon pour des retrouvailles inoubliables avec mes chums de filles.  Ding Dong, c’est moi, je suis en cochon.  Surprise!

Seulement voilà, trop surexcitée, j’ai pris la mauvaise allée et j’ai sonné comme une effrontée pour faire encore plus drôle.  La porte s’est ouverte sur le visage d’un homme inconnu avec un sourcil en accent circonflexe et l’autre en broussaille.

« Je ne suis pas chez Sophie? », dis-je, tracassée d’être une gaffeuse en série.

« Ne-non.  Sophie, c’est l’autre porte… ».  Il jauge mon costume et passe du mode impatient à vaguement inquiet quant à mon état mental.

« Pouahhhhhh!  Je me suis trompée!  Ahahahahaha!  Hohoho!  Je suis désolée! ».  

Je replace mon groing sur le haut de mon front et je repars avec un semblant de dignité, la queue tirebouchonnée entre les jambes.

« Je vous trouvais plutôt insistante avec la sonnette », me lâche-t-il pour me faire la morale sur les bonnes manières.

Pas plus tard qu’avant-hier, c’est la chirurgienne qui m’a fait le coup.  Rassurez-vous, elle ne s’est pas déguisée en cochon.  Elle me fait le cadeau de ses plus beaux sourires sans avoir à se prendre pour Dr Patch Adams. 

« Surprise, j’ai les résultats de la pathologies! ».  Nous nageons dans les eaux troubles du cancer avec une efficacité qui me coupe parfois le souffle.  Moins vite, s’il-vous-plaît?

« Les marqueurs indiquent que toute la masse a été retirée.  Pas de trace de cancer dans le ganglion sentinelle de l’aisselle.  Mais vous allez devoir faire de la chimio », poursuit-elle les yeux rivés sur le rapport.

Je regarde au dessus de mon épaule pour voir si elle parle à la bonne patiente.  Chimio?  Ne-non, c’est l’autre porte, sûrement pas ici.  CHI-MI-O, un diminutif qui pulvérise mon monde.  Je vois apparaître devant mes yeux un champignon atomique au dessus d’un lagon bleu dans le pacifique.   Surprise, ma vie vient d’exploser.  Au lieu de retourner chez moi à Nouméa en février 2012 après la radiothérapie, je vais m’astreindre au boot camp des cancéreux, la fameuse chimiothérapie.  Excusez-moi d’être aussi précieuse et égocentrique mais ce n’était pas dans le plan de match initial.  Il me restait un bout de vie à vivre sur « mon » lagon.  Le pire dans tout ça, ce n’est pas de prendre la décision de rester en vie.  C’est de traîner les enfants dans cette incroyable aventure qui consiste à la sauver.  À bien y penser, cette surprise là me laisse un goût amer, moi la control freak, celle qui gère les rêves et les projets dans la plus totale dictature en martelant  "avancez en avant" pour fouetter les troupes.  En ce moment, j’opterais plutôt pour la position du fœtus sur mon canapé à Val Plaisance en sirotant du vin rouge avec une paille à onze heure le matin. 

Et non, je ne suis pas aussi vaine que j’en ai l’air.  Pas de cocktail avant dix-sept heures, c’est la règle.  On s’accroche une paire de lunettes noires pour cacher les larmes, on relève les commissures des lèvres malgré une petite douleur au cœur et on sourit.  Surprise, la vie continue.


4 commentaires:

Nadine Boisvert a dit…

Je suis une parmi des milliers qui pensent à toi et tu sais quoi, tu m'as inspiré un magnifique tableau : La victoire de Vénus. Je te le dédis. Toi, l'amour et la nature, vous êtes les plus forts.

La nature à chaque instant s'occupe de votre bien-être. Elle n'a pas d'autre fin. Ne lui résistez pas.
- Henry David Thoreau

Avec tendresse.

Nadine

Frédérique a dit…

Bonjour Chantale!
Je viens de voir ton entrevue à Radio-Can, ça m'a beaucoup touchée, surtout la phrase : "Je n'ai pas peur de mourir, mais de vivre mal, tout simplement". J'ai eu envie d'aller voir ton blog. "La recherche des crottes" m'a fait sourire aussi, difficile de trouver un sens à tout ça... le fameux bouton "reset", tu mets des mots sur des impressions et des sentiments qui me trottent dans la tête depuis qq mois, ça fait du bien de te lire...Je suis moi-même à 37 ans, en plein boot camp des cancéreux, après le 4ème traitement de chimio, l'énergie commence à baisser et je dois accepter mes limites, pas facile, pour la jeune mère professionnelle monoparentale qui aime tout comme toi être en contrôle... Jamais j'aurais cru être captive de mon divan à écouter la télé à 14h00, mais aujourd'hui ta présence a eu l'effet d'un baume dans ma journée!
Je te souhaite la meilleure des chances dans ton combat, tu sembles avoir une attitude super positive et une énergie contagieuse! Bravo!
Frédérique

Jojo a dit…

Allo!! j'ai vu le reportage à Radio-Canada et j'ai découvert ton blogue.Je vis présentement la même chose que toi. Je commence mes traitements de chimio la semaine prochaine et ensuite la radio. En passant j'ai 45 ans. J'adore ton humour. Dans mes bons jours, j'ai la même attitude. J'essaie de dédramatiser la situation. J'appelle ça de l'humour de bottine.Bonne chance :)

Anonyme a dit…

Chantale, Chantale, Chantale, je croyais t'avoir perdue!
Tu as tout simplement disparu de mes amis Facebook - compte désactivé qu'on m'a dit -
Heureusement que j'ai pu retracer ton blog pour y lire les dernières nouvelles...
Je te souhaite que le courage que tu transpires puisse t'accompagner tout au long de cette nouvelle expérience de vie...
La bataille sera longue mais la victoire encore plus savoureuse!
Bonne chance, mon amie!
Line xx